Généalogie

© Simiane Demain

" Une " /    Menus

La généalogie s'adresse de plus en plus
aux amateurs curieux de connaître leurs ancêtres

Le cas Afrique du Nord

Nous abordons ici un cas particulier mais qui touche de très nombreuses familles, directement ou de manière éloignée. D'origine métropolitaine, espagnole, italienne, maltaise, suisse, allemande, etc., les Français d'Afrique du Nord ne disposent pas de la totalité de leur état civil. Lorsque leurs ancêtres ont émigré, aux XIXe et XXe siècles, beaucoup de leurs familles restées au pays ont perdu leur trace et eux-mêmes n'avaient qu'un souci : vivre, survivre, travailler, fonder une famille...

Dispersion

Reconstituer leurs origines n'est pas seulement une curiosité " historique " ou " sentimentale ". Alors que, de toutes manières, ils sont Français depuis plusieurs générations, certains, y compris des fonctionnaires ou d'anciens militaires ( !), se sont trouvés et peuvent se trouver encore devant la quasi impossibilité de justifier simplement de leur nationalité.

Leurs ancêtres étaient partis de gré ou de force : échapper à la misère en trouvant du travail ; condamnés politiques après la Révolution de 1848 ou le coup d'État de 1851 ; ne voulant pas devenir Allemands après l'annexion de l'Alsace et de la Lorraine en 1870...

Un million d'Européens vivaient en Algérie (1). A comparer avec la population actuelle de la Guadeloupe ou de la Corse : 400 000 et 300 000 habitants. Ce fut un véritable brassage. Pour prendre un cas personnel, tout récemment j'ai pu reconstituer une partie de mes filiations en Lorraine, même en Prusse (agriculteurs) ainsi que dans le Tessin suisse italophone (maçons), l'essentiel étant cependant d'origine espagnole (agriculteurs, tisserants, etc.) : Segui, tout comme les patronymes Seguy, Seguin, Seguier, est un nom d'origine germanique très répandu dans le Midi de la France et en Espagne où était implanté le royaume wisigoth (Ve-VIIIe siècles) (2).

Au fil des générations, les familles se sont souvent dispersées, le phénomène s'aggravant encore lorsqu'il a fallu émigrer en métropole, en 1962. La presse cite parfois des cas de membres d'une même famille qui se retrouvent après trente, cinquante ans alors qu'ils résident dans la même ville ou des localités proches. Souvent, même, des cousins ignoraient leur existence réciproque.

Beaucoup ne savent pas quelles sont leurs origines à deux ou trois générations, mais cela ne leur est pas spécifique.

Le problème, pour eux, c'est que moins des trois cinquièmes des registres d'état civil ont pu être microfil-és, le restant n'étant éventuellement disponible qu'en Algérie, avec beaucoup de difficultés et d'aléas pour obtenir la copie d'un acte.

L'entraide primordiale

Devant ces difficultés, les services du ministère des Affaires étrangères, à Nantes, ne possédant pas tout (3), beaucoup de nos compatriotes ont ressenti le besoin de s'entraider en fondant la première association généalogique française de l'Afrique du Nord, Généalogie Algérie Maroc Tunisie.

C'était en 1982. Depuis, l'association a fait son chemin puisqu'elle est aujourd'hui incontournable. Soutenue par les différentes municipalités qui se sont succédé à Aix-en-Provence, elle est, par exemple, un interlocuteur privilégié de la Mission interministérielle aux Rapatriés. Surtout, elle a accumulé un nombre impressionnant de données.

Aix bien placée

Claude Delaye, président (1986-2011), le rappelle,

Lors de son départ d'Algérie, l'administration française n'a transféré qu'une partie infime des archives existantes. Sont ainsi restés les documents concernant la fiscalité, l'agriculture, l'éducation, le commerce, les hôpitaux, l'état civil. Approximativement 88% du métrage total sont restés sur place, selon les Archives nationales d'outre-mer.

Pour l'état civil, les registres originaux (communes et greffes) sont dans leur totalité restés en Algérie. On estime qu'ils comportent 5 millions d'actes.

Cependant, notre région est particulièrement bien outillée pour effectuer des recherches avec des organismes situés à Aix :

- les Archives nationales d'outre-mer (ANOM) qui, depuis le mois de janvier 2009, ont mis en ligne sur leur site une partie des actes d'état civil (4),

- l'association Généalogie Algérie Maroc Tunisie (GAMT) (5).

Celle-ci s'est assigné deux missions, reconstituer l'état-civil des régions concernées et aider à la reconstitution de l'histoire familiale de nos aieux à partir de tous les documents trouvés et relevés dans les différentes archives. Elle offre à ses adhérents des services et des outils qui permettent aux généalogistes néophytes d'obtenir l'aide nécessaire pour commencer leurs recherches, aux généalogistes confirmés, étudiants, chercheurs de bénéficier de tous les travaux effectués par les membres bénévoles depuis plus de 25 ans.

Une documentation très riche

Notre revue trimestrielle propose des articles de fond, des " listes éclairs ", des " filiations ", une rubrique de recherche et d'entraide ; des Guides de recherche et diverses brochures sont édités ; notre bibliothèque est composée de l'ensemble des travaux effectués depuis 1982 ainsi que de nombreux ouvrages sur la généalogie, des études, des revues, des annuaires français et étrangers, etc.

Nous disposons d'un service d'acquisition d'actes d'état civil auprès des Archives nationales d'outre-mer et d'une base de données, constituée par les relevés et les recherches, soit, au total, 1 500 000 enregistrements. Nous assurons l'entraide auprès des adhérents éloignés ne bénéficiant pas d'Internet : conseils, réponses aux questions, etc.

D'autre part, nous avons pu faire rapatrier les actes de catholicité du département de Constantine, ceux d'Oran étant arrivés récemment. Pour le département d'Alger, ils se trouvaient déjà à Nîmes.

Ces documents sont très importants car ils suppléent l'absence des actes d'état civil et, en tout cas, les complètent.

André Segui


 

Notes

1. C'étaient essentiellement des " petites gens ". Contrairement à certaines propagandes politiques, sur plus d'un million de personnes, les " colons ", quelques milliers, ne représentaient qu'une très infime minorité, la grande masse étant composée d'employés et ouvriers.

2. Un dictionnaire des noms propres sera utile à consulter si vous êtes curieux de l'origine et de la signification de votre nom.

3. Ministère des Affaires étrangères. Service central d'Etat civil, 11, rue de la Maison Blanche 44941 Nantes Cedex 09
Les actes de plus de 100 ans qui ont qualité d'archives, ont été numérisés et transférés aux Archives nationales d'outre-mer, à Aix-en-Provence, où ils sont accessibles (voir ci-après).

4. Archives nationales d'outre-mer (ANOM). 29, chemin du Moulin-de-Testas, Aix-en-Provence. Tél. : 04 42 26 43 21
Actes en ligne :
  http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/ caomec2/recherche.php?territoire=ALGERIE

5. Généalogie Algérie Maroc Tunisie (GAMT) Maison Maréchal-Juin 29, avenue de Tubingen   http://www.genealogie-gamt.org/

*

Pour ceux qui souhaitent réaliser des recherches historiques complémentaires, signalons aussi l'existence à Aix du

Centre de documentation historique sur l'Algérie (CDHA). Maison Maréchal-Juin, 29, avenue de Tubingen.  cdhalgerie@9online.fr

Sa bibliothèque possède un fonds de plus de 12 000 documents.

 

 

 

 

  Retour en haut de page