Culture / Société

© Simiane Demain

" Une " /    Menus

Poète "maudit", chansonnier...

Gaston Couté


Voilà plus d'un siècle que Gaston Couté est décédé à Paris, le 28 juin 1911, trois jours après avoir été transporté à l'hôpital Lariboisière.

Né dans une famille de meunier beauceronne (Beaugency, 1880). Il poursuit ses études au lycée d'Orléans, les arrête prématurément, avant le baccalauréat, est employé quelque temps aux Impôts, avant de rejoindre le quotidien " Le Progrès du Loiret ". Il commence à écrire des poèmes en patois.

Lorsqu'un théâtre ambulant circule dans sa région, c'est pour lui l'occasion de chanter l'un de ces poèmes :  Le champ d'naviots.

Impressionné, le directeur de la troupe lui conseille d'aller à Paris. Il a seulement 18 ans.

Il se produit dans les cabarets de Montmartre et du Quartier Latin, cotoie des "étoiles" de ce milieu comme Jehan Rictus, Théodore Botrel, Xavier Privas, Dominus, Gaston Dumestre. Avec ces deux derniers, il crée un cabaret, " La Truie qui file ", qui connaît un grand succès, mais éphémère.

Gaston Couté est apprécié mais c'est un bohème et, même, un révolté, un anarchiste, "non dangereux". Il n'est donc pas inquiété. Il collabore à " La Guerre sociale " et ses chansons sont reprises par les révolutionnaires de l'époque.

Très pauvre, il se contente d'être payé en boissons ou café-crème.

Sur différents sites Internet, vous retrouverez des éditions de ses poèmes et de ses chansons. Pour ma part, je l'avais découvert par un disque enregistré par Pierre Brasseur et consacré aux "Poètes maudits d'hier" et "poètes maudits d'aujourd'hui" : Nerval, Rimbaud, Milosz, Lautréamont...

De Gaston Couté, il y interprète " Jour de lessive " qui m'avait profondément émue et que je ne peux écouter ou relire sans émotion, je vous l'avoue.

Sur ce site, vous pouvez découvrir ou redécouvrir ce Jour de lessive ainsi que Le gas qu'a mal tourné

Claude Jurienne



Retour en haut de page