Culture / Société

© Simiane Demain

" Une " /    Menus

Gaston Couté

Le gas qu'a mal tourné

D ans les temps qu'j'allais à l'école,
- Oùsqu'on m'vouéyait jamés bieaucoup,
Je n'voulais pâs en fout'e un coup ;
J'm'en sauvais fér' des caberioles,
Dénicher les nids des bissons,
Sublailler, en becquant des mûres
Qui m'barbouillin tout'la figure,
Au yeu d'aller apprend' mes l'çons ;
C'qui fait qu'un jour qu'j'étais en classe,
(Tombait dlieau, j'pouvions pâs m'prom'ner !)
L' mét'e i' m'dit, en s'l'vant d'sa place :
" Toué !. t'en vienras à mal tourner ! "

Il avait ben raison, nout' mét'e.
C't'houmm'-là, i'd'vait m'counnét' par cœur !
J'ai trop voulu fére à ma tête
Et ça m'a point porté bounheur ;
J'ai trop aimé voulouèr ét' lib'e
Coumm' du temps qu' j'étais écoyier ;
J'ai pâs pu t'ni' en équilib'e
Dans eun' plac', dans un atéyier,
Dans un burieau, ben qu'on n'y foute
Pas grand chous' de tout' la journée.
J'ai enfilé la mauvais' route !
Moué ! j'sés un gâs qu'a mal tourné !

A c'tt' heur', tous mes copains d'école,
Les ceuss' qu'appernin l'A. B. C.
Et qu'écoutin les bounn's paroles,
I's sont casés, et ben casés !
Gn'en a qui sont clercs de notaire,
D'aut's qui sont commis épiciers,
D'aut's qu'a les protections du maire
Pour avouèr un post' d'empléyé.
Ça s'léss' viv' coumm' moutons en plaine,
Ça sait compter, pas raisounner !
J'pens' queuqu'foués - et ça m'fait d'la peine :
Moué ! j'sés un gâs qu'a mal tourné !

Et, pus tard, quand qu'i's s'ront en âge,
Leu' barbe v'nu, leu' temps fini,
l's vouéront à s'mett'e en ménage ;
l's s'appont'ront un bon p'tit nid
Oùsque vienra nicher 1' ben-êt'e
Avec eun' femm' devant la Loué !
Ça douét êt' bon, d'la femme hounnête :
Gn'a qu'les putains qui veul'nt ben d'moué.
Et ça s'comprend : moué, j'ai pas d'rentes,
Parsounn' n'a eun' dot à m'dounner,
J'ai pas un méquier dont qu'on s'vante.
Moué ! j'sés un gâs qu'a mal tourné !

l's s'ront ben vus par tout l'village
Pasqu'i's gangn'ront pas mal d'argent
A fér des p'tits tripatrouillages
Au préjudic' des pauv'ers gens,
Ou ben à licher les darrières
Des grouss's légum's, des hauts placés.
Et, quand qu'à la fin d'leu carrière
Ils vouérront qu'i's ont ben assez
Volé, liché pour pus ren n'fère,
Tous les lichés, tous les ruinés,
Diront qu'i's ont fait leu's affères.
Moué ! j's'rai un gâs qu'a mal tourné !

C'est égal ! Si jamés je r'tourne
Un joure r'prend' l'air du pat'lin
Oùsqu'à mon sujet les langu's tournent
Qu'ça en est comm' des rpu's d'moulin,
Eh ! ben, i'faura que j'leu dise,
Aux gâs r'tirés ou établis
Qu'a pataugé dans la bêtise,
La bassesse et la crapulerie
Coumm' des vrais cochons qui pataugent,
Faurâ qu'j'leu' dis' qu' j'ai pas mis l'nez
Dans la pâté' sal' de leu-z-auge.
Et qu'c'est pour ça qu' j'ai mal tourné !.



Retour en haut de page